Retour à la page d'accueil
Plan du site
Aide - Mode d'emploi du site
Moteur de recherche
Les pages à ne pas manquer
Les nouveautés du site
L'histoire de St Martin de la Mer,
village en Morvan
Site in English
Envoyer un courriel
St Martin de la Mer
Histoire
Visites en Images
Boite à outils
Archives
A propos du site

LA REVOLUTION A SAINT MARTIN DE LA MER ET DANS SES ENVIRONS

FEVRIER 1791 - LES TANTES DU ROI A ARNAY-LE-DUC

 

février 1791 : Les tantes du Roi s'enfuient vers Rome en prétextant un pélerinage. L'opinion publique s'agite autour de cet évènement ressenti comme une trahison, et c'est le prélude à l'épisode de Varennes, qui va lourdement discréditer le pouvoir royal.

Elles traversent la France avec une imposante escorte de carrosses, et emportent avec elles 12 millions de francs. La route de Paris à Lyon passe par Saulieu et Arnay-le-Duc.

Le 21, elles couchent à Saulieu. C'est l'effervescence dans la population et la municipalité. A 8 heures du soir, le conseil municipal est réuni extraordinairement. Que faire de ces voyageuses encombrantes. Après débat et vérification de leurs sauf-conduits, la municipalité prend des dispositions pour assurer leur sécurité.

Le lendemain 22 elles reprennent la route et sont arrêtées à Arnay-le-Duc par la population très excitée. Elles y restent bloquées 11 jours pendant lesquels l'Assemblée Nationale hésite sur la conduite à tenir à leur égard, avant de pouvoir reprendre la route de Rome le 3 mars.


Arnay-le Duc

Le fameux voyage de deux des trois filles de Louis XV, qu'il surnommait lui-même "Coche" (Mme Victoire), "Loque" (Mme Adélaïde) et "Graille" (Mme Sophie), fit le bonheur des pamphlétaires et des caricaturistes de l'époque :

 

"Deux princesses sédentaires par état, par âge et par goût se trouvent tout à coup possédées de la manie de voyager et de courir le monde ...
C'est singulier, mais c'est possible.

Elles vont, dit-on, baiser la mule du Pape ...
C'est drôle, mais c'est édifiant.

Trente-deux sections et tous les bons citoyens se mettent entre elles et Rome ...
C'est tout simple.

Mesdames, et surtout Madame Adélaïde, veulent user des droits de l'homme ...
C'est naturel.

Elles ne partent pas, disent-elles, avec des intentions opposées à la Révolution ...
C'est possible, mais c'est difficile.

Ces belles voyageuses traînent à leur suite quatre-vingt personnes ...
C'est beau ;

Mais elles emportent douze millions ...
C'est fort laid.

Elles ont besoin de changer d'air ...
C'est l'usage ;

Mais ce déplacement inquiète leurs créanciers ...
C'est aussi l'usage.

Mesdames soutiennent qu'elles sont libres d'aller où bon leur semble ...
C'est juste."

 

Retour en haut de la page